Josiane, la génération d’après.

Tribune de Laurent Allias, papa de Josiane, pour le spécial 30 ans « La génération d’après » du magazine CB News.
 
 
La marque est belle. Quand elle a l’ambition de l’être.
 
Il est de notre responsabilité, à nous, publicitaires, annonceurs, médias, diffuseurs, consultants, institutionnels (…), de se battre avec conviction, vigueur et énergie pour cette longue quête. C’est même le moins que l’on puisse faire.

La crise économique, la démultiplication de la concurrence, l’accélération des marchés peuvent parfois faire oublier à la marque que son rôle est d’élever la barre, de donner du sens et de la pertinence à la consommation. Au-delà de faire connaître, la marque doit affirmer sa position, fournir des repères, développer un contrat avec le consommateur, le plus vrai et authentique possible.

Notre rôle est de dessiner des places saillantes dans la société pour les marques qui le méritent et qui ont cette ambition. De même pour les organisations qui portent ces marques. Si la raison d’être d’une entreprise dépasse l’idée seule de profit, elle finira, d’une façon ou d’une autre, par gagner plus que prévu.

Le publicitaire n’est donc pas seulement publicitaire, le marketeux pas seulement marketeux, le designer pas seulement designer, le créatif pas seulement créatif. Ils sont créateurs de valeur, consultants en stratégie, fournisseurs d’idées – plus ou moins grandes -, révélateurs de vérités, agrégateurs de technologies, producteurs de contenus, apporteurs de business, designers de nouveaux produits et services… Nous changeons avec l’environnement qui nous entoure. Et inversement. C’est ce qui fait le sel de nos métiers.

Même si nos secteurs sont parmi les plus « bouchés » du marché, il reste de la place. Beaucoup de place.
Il reste de la place pour ceux qui sont prêts à mettre beaucoup de talent et d’énergie dans cette quête. Si vous n’avez pas beaucoup de talent, vous pouvez également vous faire des amis, j’espère que cela ne suffira plus à l’avenir. Si vous n’avez pas beaucoup d’énergie, vous pouvez retourner vous coucher.
Il reste de la place pour ceux qui pensent global sans s’enfermer dans une case, qui veulent réellement comprendre le monde qui les entoure et qui résolvent des problèmes, pas des bouts de problèmes.

Il reste de la place pour ceux qui ne lâchent pas le morceau, s’obstinent et se battent.
Il reste de la place pour ceux qui arriveront à mettre quelque chose sur la table, quelque chose qui leur correspond, sans se travestir, qui fait qu’ils sont différents, quelque chose de vrai, d’authentique et de pertinent. Ce petit bout de vérité qui donne du sens à qui ils sont et qui reflète un petit bout de société.
Il reste de la place pour ceux qui s’engagent. Pour les belles marques, contre la médiocrité, pour les grandes idées qui dérangent parfois, contre les idées qui n’en ont que l’apparence, pour l’éléphant du Zimbabwe, contre les cons, pour un développement durable, contre l’injustice, pour le consommateur, contre ceux qui ne font qu’être contre…

Engagez-vous !

 
josiane-agence-de-publicite-paris